L’ABC des placements en moins de cinq minutes...

12 novembre 2019

Author: L'interconnexion

Lorsqu’il est question de placements, il peut être difficile de s’y retrouver parmi les différentes options de retraite et les divers régimes gouvernementaux et types de placements. Par exemple, on confond souvent les types de régimes, comme le REER ou le CELI, et les produits de placement qui peuvent être détenus dans chaque régime.

Voici quelques notions de base qui pourront vous aider.

TYPES DE RÉGIMES

REER

Le régime enregistré d’épargne-retraite est un régime gouvernemental qui permet aux Canadiens de déposer des fonds dans un compte où ils peuvent croître à l’abri de l’impôt jusqu’à leur retrait. De plus, le cotisant a droit à une déduction fiscale pour les cotisations versées. Les cotisations sont limitées à un pourcentage du revenu admissible, jusqu’à concurrence d’un maximum annuel. Au moment de la retraite, les fonds détenus dans ce régime peuvent être transférés à un certain nombre d’options productives de revenus, et le titulaire paie de l’impôt sur ce revenu au fur et à mesure qu’il est retiré.

CELI

Le compte d’épargne libre d’impôt est un autre régime gouvernemental qui permet aux Canadiens de déposer des fonds dans un compte où ils fructifient à l’abri de l’impôt. La différence, c’est que le cotisant n’a pas droit à une déduction fiscale pour ses cotisations. Par contre, il peut retirer les fonds en franchise d’impôt, au besoin. Les droits de cotisation sont moins élevés pour ce type de compte et le plafond annuel est un montant fixe, quel que soit le revenu.

Compte ouvert, ou non enregistré

Il s’agit d’un compte où les fonds peuvent être investis sans plafond de cotisation, mais où toute croissance réalisée est assujettie à l’impôt chaque année. Il existe trois types de revenus de placement : intérêts, dividendes et gains en capital. Chaque type est imposé différemment, à des niveaux différents. Pour certains gains réalisés (c.-à-d. imposables) l’impôt est payable chaque année, tandis que pour d’autres, l’impôt n’est payable qu’au moment de la liquidation du placement.

Bien qu’il existe de nombreux autres types de régimes, comme le REEE, le REEI, le FRV et le FERR, les régimes mentionnés ci-dessus sont les plus courants.

Alors, quels types de placements pouvez-vous détenir dans ces régimes?

TYPES DE PLACEMENTS

CPG

Les certificats de placement garanti sont des instruments relativement simples : une institution garantit le taux payable sur le placement pendant une période déterminée (p. ex., 1, 3 ou 5 ans). Habituellement, plus le terme est long, plus le taux garanti est élevé. En ce moment, ces taux n’ont jamais été aussi bas. Les revenus d’intérêts gagnés sont imposés au taux le plus élevé pour les revenus de placement. Pour cette raison, il peut être avantageux de détenir les CPG dans un compte qui permet une croissance à imposition différée, comme le REER ou le CELI, dont il est question ci-dessus.

Fonds communs de placement

Il s’agit de fonds qui contiennent un panier, ou portefeuille, d’actions et d’obligations. Ils sont constitués par un gestionnaire de portefeuille qui prend les décisions de placement conformément au mandat ou à l’objectif de placement du fonds. Les fonds communs de placement sont assortis de frais correspondant à un pourcentage de leur actif servant à couvrir leurs coûts, habituellement appelés frais de gestion.

Fonds distincts

Il s’agit également de fonds qui contiennent un panier, ou portefeuille, d’actions et d’obligations, tout comme les fonds communs de placement. La différence, c’est qu’ils sont entourés d’une « enveloppe » d’assurance qui peut garantir une valeur minimale à l’échéance du contrat ou au décès du rentier (généralement, l’épargnant). Ils comportent également certaines caractéristiques et certains avantages en matière de planification successorale, notamment la possibilité d’éviter l’homologation au décès, la nécessité de nommer un bénéficiaire et une protection éventuelle contre les créanciers. Les fonds distincts sont assortis de frais plus élevés que les fonds communs de placement, afin de couvrir le coût de l’assurance.

FNB

Les fonds négociés en bourse sont semblables aux fonds communs de placement en ce sens qu’il s’agit d’un panier d’actions ou d’obligations. Toutefois, les parts du fonds sont négociées en bourse, ce qui permet d’acheter et de vendre tout au long de l’ouverture des marchés, comme pour l’achat d’actions. Les FNB ont généralement des frais de gestion moins élevés que les fonds communs de placement ou les fonds distincts, car ils calquent simplement un indice boursier. Nous appelons cela un placement passif, ce qui est différent du gestionnaire de portefeuille qui crée son propre panier d’actions ou d’obligations et gère activement le placement. Les FNB indiciels à gestion passive suivent simplement un indice boursier global, de sorte que si le marché monte, le fonds monte. Toutefois, le marché et votre fonds peuvent aussi descendre. Récemment, des FNB gérés activement ont également été lancés sur le marché, assortis de frais de gestion plus élevés.

Actions

Les actions sont des titres de participation dans une société donnée. Certains épargnants préfèrent choisir leurs propres actions plutôt que de confier ce choix au gestionnaire de portefeuille d’un fonds commun de placement ou d’un fonds distinct. Ces épargnants autonomes travaillent généralement par l’intermédiaire d’une société de courtage offrant un compte en ligne. L’achat ou la vente de ces actions à l’unité comporte des frais de négociation, mais il n’y a généralement pas de frais de gestion associés à ce type de placement.

Conseillers en placement et sociétés de gestion privée de patrimoine

Il s’agit de sociétés qui s’adressent généralement à des épargnants ayant plus de 100 000 $ à placer et qui agissent comme un gestionnaire de portefeuille personnel, interagissant directement avec le client pour ce qui a trait à leurs placements. Ces sociétés investissent souvent dans d’autres catégories d’actifs, outre les actions et les obligations, par exemple l’immobilier, les titres hypothécaires, les sociétés non cotées en bourse et d’autres placements non traditionnels, afin de diversifier davantage les portefeuilles de leurs clients. Pour ces services, les sociétés facturent des frais de gestion sur les placements qui sont habituellement inférieurs, en pourcentage, à ceux des fonds communs de placement ou des fonds distincts.

Conseiller-robot

Ces sociétés agissent de la même façon que le conseiller en placement ou le gestionnaire de portefeuille susmentionnés; elles utilisent toutefois une plateforme en ligne où vous pouvez vous inscrire et gérer votre compte. Lors de l’inscription en ligne, vous répondez à une série de questions qui vous aident à déterminer votre tolérance au risque et vos priorités en matière de placement. Ainsi, votre argent est investi dans l’un des nombreux portefeuilles prédéterminés, souvent composés de FNB, qui peuvent faire l’objet d’un suivi en ligne, 24 heures sur 24, sept jours sur sept. Les conseillers-robots facturent généralement des frais concurrentiels, souvent inférieurs à ceux des fonds communs de placement ou des fonds distincts. Contrairement aux conseillers en placement ou aux gestionnaires de portefeuille, ils acceptent généralement des comptes de petite taille.

Pour obtenir plus de renseignements sur les placements, reportez-vous à nos articles : Comment utiliser le CELI pour améliorer le rendement de vos placements et Comparaison : CELI, REER ou les deux. Qu’est-ce qui me convient le mieux

Partager :