Biopsie liquide et détection du cancer

Les biopsies pratiquées à des fins de dépistage de cancer requièrent le prélèvement de tissus par scalpel ou l’insertion d’une aiguille dans la région suspecte. Et si une simple analyse sanguine peu coûteuse pouvait faire ce qui suit?

  • Différencier un cancer d’une affection bénigne
  • Déterminer si le cancer évolue lentement ou rapidement
  • Aider à mettre en place de nouveaux traitements ou des traitements plus ciblés

Le futur est à nos portes : dorénavant, la plupart des diagnostics de cancer pourront être établis par biopsies liquides (sang ou urine).

La recherche

Grâce aux percées dans la recherche sur l’ADN, la biopsie liquide est maintenant possible. Cette intervention permet de détecter les cellules tumorales qui circulent dans le sang. Beaucoup reste à faire pour accroître la capacité du test à détecter systématiquement la présence de tumeurs et à en identifier le type. Cela dit, un optimisme sans précédent nous est permis en matière de dépistage et de diagnostic du cancer, surtout pour ce qui est des cancers mortels pour lesquels aucun test de dépistage fiable n’existe, notamment les cancers des ovaires, du foie, de l’estomac, du pancréas et de l’œsophage.

Quelle incidence cette avancée peut-elle avoir sur votre santé?

La bonne nouvelle à retenir, c’est que le dépistage du cancer pourrait cesser d’être un processus complexe et douloureux nécessitant souvent l’utilisation d’aiguilles ou le prélèvement de tissus suspects à examiner. La nature effractive des méthodes de biopsie actuelles pour la détection du cancer fait en sorte que ce sont souvent les symptômes qui déclenchent le processus d’investigation (parfois trop tard). Cette nouvelle procédure diagnostique est tellement non effractive qu’elle pourrait être réalisée dans le cadre des examens de routine, permettant la détection bien avant l’apparition des symptômes. Les percées susmentionnées permettront de sauver des vies grâce au dépistage précoce du cancer par de simples analyses urinaires et sanguines peu coûteuses. Elles annoncent un avenir prometteur pour la détection précoce du cancer, qui nous permettra de vivre plus longtemps en bonne santé.

 

Références :
Heltzer, E. et al. dans Clin Chem.,vol. 61, nº 1, janvier 2015, p. 112 – 123. doi : 10.1373/clinchem.2014.222679. Fichier ePub, 11 novembre 2014.
Li, TT et al. dans World J Gastroenterol.,vol. 24, nº 21, juin 2018, p. 2236 – 2246. doi : 10,3748/wjg.v24.i21,2236.
Printz, Carrie. dans Oncology Issues in Focus,
1er mai 2018, p. 1853 – 1855.