Comparaison : CELI, REER ou les deux. Qu’est-ce qui me convient le mieux?

J’ai récemment lu une analyse approfondie de David Chilton (auteur de The Wealthy Barber) sur une question bien précise : le CELI ou le REER? Elle m’a inspiré à faire aussi cet exercice.

Un des résultats de toutes ces recherches : la création de l’incomparable calculateur CELI vs REER de WealthBar. (Ai-je mentionné que je suis développeur de logiciels?) Je voulais qu’il soit plus facile pour les gens de voir comment ils pouvait tirer de meilleurs résultats de ces diverses options de placement. Autre résultat : J’en sais maintenant plus que jamais sur le fonctionnement des REER et des CELI. Voici le fruit de mes recherches.

 

CELI contre REER. Quel est le bon choix pour vous?

En fait, la réponse à la question sur le choix entre CELI et le REER repose sur plusieurs facteurs. Cela dit, dans la plupart des cas et pour la plupart des gens, le REER permet d’épargner davantage en vue de la retraite que le CELI.

« D’accord », dites-vous. « Mais alors, pourquoi mettre l’accent sur la notion de en vue de la retraite? »

Pour commencer, revoyons le fonctionnement du REER. Bien que nous obtenions initialement un allégement fiscal sur les dépôts REER, nous devrons éventuellement payer de l’impôt sur nos retraits REER.

D’autres sommes sont aussi considérées comme un revenu à la retraite, comme les sommes versées par l’État, notamment les prestations du Régime de pensions du Canada (RPC) et de la Sécurité de la vieillesse (SV).

Ajoutez à cela tout autre revenu que vous pourriez recevoir. Les immeubles locatifs, ou encore l’argent provenant de la vente d’articles sur Etsy. Toutes ces sommes sont considérées comme des revenus. Alors notre revenu de retraite imposable peut ressembler à ceci :

REER + RCP + SV + Etsy + autre = Revenu de retraite imposable

Par contre, les retraits effectués sur l’épargne ordinaire (non enregistrée) et le CELI ne sont pas considérés comme un revenu. C’est parce que nous n’avons pas reçu de déduction pour le montant que nous avons déposé. De plus, dans le cas de l’épargne ordinaire, nous avons également payé l’impôt sur les gains (les intérêts que notre argent génère lorsqu’il est bien investi). Le CELI présente un avantage par rapport au compte d’épargne ordinaire, car la croissance est libre d’impôt.

Pourquoi le REER est encore meilleur au bout du compte (même si vous devez payer de l’impôt).

Lorsque vous cotisez à votre REER, vos économies d’impôt (ou remboursement d’impôt) sont calculées au taux d’imposition marginal. Il s’agit du taux d’imposition le plus élevé que vous payez, mais lorsque vous effectuez des retraits, vous pouvez considérer le taux d’imposition sur votre revenu à la retraite comme un taux moyen.

De plus, pendant la période où vous constituez votre épargne, vous aurez probablement un revenu plus élevé (en dollars d’aujourd’hui) que lorsque vous serez à la retraite. En règle générale, vos besoins en revenu de retraite sont inférieurs à 80 % de votre revenu préretraite.

Avant la retraite, vous devez épargner un certain montant en vue de la retraite. Après le départ à la retraite, vous n’avez plus à le faire. De plus, vous aurez sans doute fini de rembourser votre prêt hypothécaire.

Tous ces facteurs pris en compte, le REER sort gagnant. Il faut toutefois que votre taux d’imposition marginal pendant la période d’épargne soit plus élevé que votre taux d’imposition moyen lorsque vous retirez les fonds. Comme je l’ai mentionné précédemment, le REER vous permet de reporter l’impôt jusqu’à la retraite.

Maximiser l’épargne REER pour sortir gagnant

Il y a fort à parier que la maximisation de votre REER est toujours la voie à suivre. (Si c’est déjà le cas, n’hésitez pas à déposer vos économies supplémentaires dans un CELI.)

Bien entendu, une telle question financière ne peut être aussi simple qu’elle ne paraît. Nous devons également tenir compte d’autres facteurs qui ont une incidence sur notre revenu à la retraite.

Par exemple, il y a la récupération des prestations de la Sécurité de la vieillesse (SV), qui commence à s’appliquer lorsque votre revenu après impôt dépasse environ 70 000 $. Cela représente un revenu de retraite avant impôt d’environ 90 000 $.

De plus, les couples peuvent fractionner leurs revenus. Cela équivaut donc à un revenu de retraite global du ménage de 180 000 $ avant le déclenchement de l’impôt de récupération. Un revenu de retraite de 180 000 $ pourrait équivaloir à un revenu préretraite de plus de 225 000 $. C’est vrai si nous supposons un revenu à la retraite de 80 % du revenu préretraite.

Ce n’est pas trop mal. En fait, il se situe parmi le palier supérieur de 5 % des Canadiens sur le plan du revenu. Voyons maintenant d’autres répercussions que pourrait avoir le fait de n’épargner qu’au moyen du REER.

Supposons que vous êtes à l’âge de la retraite (ou près de l’âge de la retraite) et que vous avez assidûment économisé toute votre vie.

Vous caressez aussi le rêve de faire le tour du monde à bord de votre propre voilier de 24 pi.

C’est un achat plutôt important. Si vous puisez dans votre REER, il est fort probable que votre revenu et vos taux d’imposition soient bien au-delà de la normale pour cette année-là.

C’est le scénario parfait pour votre CELI. Vous avez économisé pour l’achat de votre bateau au moyen de votre CELI? Vous pouvez alors puiser dans l’épargne de votre CELI sans augmenter votre revenu.

Comparez le CELI et le REER en utilisant le taux d’imposition marginal sur les sommes supplémentaires que vous auriez dû retirer de votre REER pour payer le bateau.

Maintenant, je pense que nous pouvons répondre à la question initiale de façon plus précise. La voici de nouveau :

« Quand devrais-je utiliser mon CELI plutôt que mon REER? »

  1. Lorsque vous prévoyez épargner en vue d’achats importants (à court ou à long terme).
  2. Si votre revenu actuel (et donc votre taux d’imposition) est bien inférieur à votre revenu futur prévu.
  3. Vous avez l’intention de « vivre pleinement » et d’augmenter considérablement votre style de vie à la retraite.

En ayant de l’argent dans votre CELI, vous pouvez éviter l’impôt sur les dépenses importantes pendant la retraite. Cet argent peut même vous aider à éviter la récupération des prestations de la SV si votre niveau de revenu est suffisamment élevé. Autrement, utilisez votre REER, qui demeure le meilleur compte principal pour l’épargne-retraite de base.

Vous ne savez toujours pas si le CELI ou le REER vous convient? Communiquez avec votre conseiller financier pour obtenir les réponses à vos questions et bien investir pour votre avenir.

WealthBar

Republié avec l’autorisation de WealthBar.